AcSSA - Afrique Verte Niger
 
  Actualités Niger
 
  Les programmes en cours
        Programme AFD - CCFD
        Programme MAE FSP Genre
        Programme SCAC
        Programme Seed Foundation
        Programme CCFD
        Programme FAI
 
  Les bénéficiaires
 
  Les actions
 
  Les partenaires
 
  Rapports d'activités
 

Femmes actrices du développement,

Transformatrices de céréales

" Les sahéliennes peuvent nourrir le Sahel ",

2010-2012, programme MAEE FSP Genre, Burkina, Mali, Niger

 

L’objet de ce projet triennal, cofinancé par le MAEE sur FSP Genre, est d’amplifier l’appui aux transformatrices de céréales locales au Burkina Faso, au Mali et au Niger, dans une approche genre.

L’action Afrique Verte fait partie d’un programme plus vaste, comprenant une dizaine d’ONG engagées dans cette même approche en Afrique de l’Ouest. Le volet « Genre » est conduit par ENDA.

Groupe cible

Le projet concerne environ 3.400 femmes de 130 UT au Burkina (40 UT), Mali (58 UT) et Niger (30 UT).

Spécificités : dans chaque pays, quelques unités sont suivies plus spécifiquement pour mieux mesurer l’impact sur les 3 ans. Une étude diagnostic a été réalisée en début de projet, notamment sur la place de la femme dans l’activité et son rôle économique dans le foyer.

Un atelier genre de démarrage du projet a été organisé à Ouaga,

En février 2010, il a rassemblé l’ensemble des acteurs du FSP Genre. Les animatrices Afrique Verte des 3 pays y ont participé. Cet atelier a permis de présenter le programme, d’échanger entre les nombreux acteurs de ce projet et d’étudier les outils « genre ».

Atelier de démarrage du projet MAEE FSP Genre, à OuagaAprès cet atelier, les animatrices des 3 pays ont organisé des restitutions, au sein des équipes et avec les bénéficiaires, afin de partager les conclusions (l’accès des femmes à la terre lors de l’installation des unités de transformation, l’accès aux équipements, la facilitation de l’accès aux crédits, l’insertion de l’appui à la transformation dans les programme de développement des communes, l’accès des femmes à certaines formations pouvant favoriser leur émergence ou le renforcement de leur position politique, économique et sociale au sein des communautés...). Ces messages seront portés auprès des élus et de partenaires.

Composante 1 : Renforcer les compétences des transformatrices

De nombreuses formations ont été dispensées.

En 2010, les UT ont participé aux bourses d’Afrique Verte et à plusieurs foires. Certaines transformatrices ont obtenu des prix lors des foires, leur participation à des manifestations qui a amélioré leur prestige…

Dans les 3 pays, des outils ont été conçus pour sensibiliser les consommateurs (affiches, publicités radio ou TV, journées de dégustation…).

Composante 2 : Développer les réseaux nationaux de transformatrices

Pour renforcer les réseaux, contribuer à développer l’activité, donc l’économie locale, et le poids des femmes dans la société, les animatrices des 3 pays ont suivi et conseillé les groupements. Au Niger, une formation en structuration a été dispensée pour 15 participantes à Niamey.

L’objectif de ce volet est fondamental pour Afrique Verte. Il s’agit de démontrer aux décideurs sahéliens les capacités des femmes à nourrir leur pays à partir des ressources locales. Afrique Verte profite de chaque occasion pour donner la parole aux transformatrices qui peuvent ainsi s’exprimer face à leurs dirigeants. Ces actions participent à la campagne de plaidoyer en faveur des transformatrices. Pour mémoire, une transformatrice a participé, fin 2009, à la réunion du Réseau Prévention des Crises Alimentaires à Bamako.

Impliquer les fédérations de transformatrices dans l’économie nationale et les politiques agricoles :

Par exemple, au Niger, en 2010, les femmes du réseau ont participé à de nombreuses manifestations :

- Participation de 15 productrices de boulette de niébé à une interview de l’ORTN pour le Magazine de la femme Nigérienne, le 25 janvier, au domicile d’une transformatrice, puis le 11 mai avec des productrices de dégué de mil, dans le cadre de la journée de la femme nigérienne.

- Participation de 2 femmes à l’atelier sur les produits transformés au Niger, en février à Niamey,

Défilé des femmes de Niamey, 1er maiDéfilé des femmes de Niamey (13 mai : journée de la femme nigérienne)

 

- Participation de 20 femmes au défilé du 1er mai (fête du travail) et de 10 femmes au défilé du 13 mai (journée nationale de la femme nigérienne),

 

 

 

- Participation de 25 femmes aux conférences sur l’autonomisation des femmes, en mai, à Niamey,

Dégustation au Ministère de la Femme, Niamey- Participation le 15 mars à l’atelier d’échanges à Zinder sur le « Renforcement de la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté des femmes par l’accroissement de la production agricole et la transformation des céréales locales dans la région de Zinder ».

- Rencontre de 2 femmes avec la Directrice du Ministère de la promotion de la Femme.

- Rencontre de 2 femmes avec la CONGAFEN (Confédération des ONG et Associations Féminine du Niger), en juillet 2010, pour une implication des transformatrices dans les activités de ce réseau,

- Rencontre de 2 femmes avec la responsable du volet entreprenariat féminin de la chambre de commerce, d’industrie et de l’artisanat du Niger, en août, pour faire bénéficier les UT des activités de la chambre.

Atelier Genre et SIAO

Atelier MAE FSP genre, Ouaga, avec toutes les animatricesFin 2010, un atelier genre a été organisé à Ouaga, en parallèle du SIAO ; il a regroupé des animatrices et transformatrices de nombreux projets membres du programme FSP Genre (notamment AV Mali et Niger).

Il a permis de faire un point en fin de première année du programme sur l’utilisation des outils genre.

Deux conférences débat ont été organisées, en présence d’autorités nationales, pour discuter des contraintes rencontrées par les femmes dans leur activités économiques ; les tracasseries douanières ont été particulièrement évoquées.

Ateliers Genre au Mali et au Niger

Fin 2010, un atelier genre a été organisé à Bamako et à Niamey, pour les bénéficiaires. Les contraintes des femmes ont été listées ; un plaidoyer sera élaboré pour sensibiliser les autorités.

S'abonner au flux RSS Site réalisé avec le concours du © UGOCOM 
Accueil