APROSSA - Afrique Verte Burkina
 
  Actualités Burkina
 
  Les programmes en cours
 
  Les bénéficiaires
        Les organisations paysannes
        Les transformatrices
        Témoignages
 
  Les actions
 
  Les partenaires
 
  Rapports d'activités
 

Deux témoignages de bénéficiaires de l'action d'APROSSA

 

1- Groupement des producteurs de Fonio de Yanamba (Toussiana)

Témoignage de Baro Pon Seydou

Fonction : Membre du Comité dirigeant et Chef de terre de Yanamba

Date de l’entretien : 9 mars 2011

  1. Pouvez-vous situer votre village ?

Le village de Yanamba est dans la commune rurale de Toussiana qui est située à 55 km de Bobo-Dioulasso chef lieu de province dans la région des Hauts Bassins. C’est une des régions excédentaires en production agricole. Le village est considéré aujourd’hui comme un des secteurs de Toussiana.

  1. Quelles sont vos préoccupations dans ce village ?

Le village était au départ un hameau de culture où se trouvaient des Agriculteurs venus principalement de Toussiana à la recherche de terres agricoles. Donc nous sommes des producteurs céréaliers (mil, maïs, sorgho, riz et surtout fonio), fruitiers (mangues et anacardes) et ligneux (néré et pain de singe). Ce qui fait que nous produisons sur toute l’année en fonction de la maturité de telle ou telle spéculation.

  1. Quels sont vos liens avec le projet Afrique Verte ?

Nous collaborons pour la production et la commercialisation de fonio de qualité dans la région. Il faut reconnaître que le fonio est une plante qui était beaucoup produite dans le temps, car elle est utilisée lors de la période de soudure et aussi lors de certaines fêtes rituelles. De nos jours, cette production tend à disparaître au profit d’autres productions à cause des difficultés de traitement post récolte.

  1. Qu’est ce que ce projet a apporté de nouveau pour vous ?

Afrique Verte nous aide à nous organiser pour bien conduire nos activités de production et commercialisation.

. Grace à son appui, nous avons aujourd’hui un groupement de producteurs de Fonio à Saki dont le bureau est constitué de jeunes producteurs du village, très dynamiques. De ce fait nous bénéficions de l'appui conseil du projet pour le fonctionnement et la tenue des activités du groupement.

. De plus ils nous ont offert une variété améliorée de fonio (CVF 109) dont le rendement au champ est meilleur. Les pileuses la trouvent facile à décortiquer car nous avons déjà réalisé une production pilote lors de la campagne 2009-2010.

. Aussi lors la campagne 2009-2010 nous avons reçu une bâche qui nous a permis d’éviter d’énormes pertes lors du battage qui se fait traditionnellement à même le sol.

. Enfin le projet anime des ateliers de formation pour accroître notre productivité et aussi pour mieux vendre la production aux transformatrices. Tout ceci concourt à l’amélioration de nos revenus.

  1. Qu’attendez-vous en plus de ce projet ?

Dans la production du fonio, la plus grande difficulté réside dans les opérations post récolte, particulièrement lors du fauchage, du séchage et du battage du fonio. De nos jours les villages sont pauvres en main d’œuvre et souffrent du manque  d’entraide. Donc si Afrique Verte soutenait les producteurs dans leurs activités de battage avec des décortiqueuses, ceci  pourrait relancer l’activité de production du fonio dans la zone. Cependant nous les remercions beaucoup pour tout ce qui a déjà été réalisé au profit des producteurs du groupement.

2- Unité de Transformation BON GOUT de Bobo-Dioulasso

Témoignage de Madame Somda Meria

Activité : transformatrice de céréales

Lieu : Secteur 21 à Bobo-Dioulasso

Produits offerts au public : Fonio (précuit, non précuit, farine de fonio, deguè de fonio, fonio FORIB, couscous de fonio précuit) ; Couscous de petit mil, Grumeaux de deguè de petit mil, semoule de maïs, croquette de pain de singe.

Je suis Somda Meria, transformatrice de céréales à Bobo - Dioulasso. Je suis membre d’une association qui travaille dans la transformation de céréales dont le fonio. C’est l’unité de transformation « Bon Goût ». Cela fait maintenant quatre ans que nous travaillons avec APROSSA Afrique Verte qui nous appuie avec des formations et quelques fois avec des subventions. Ça nous aide à payer un peu de matériel de transformation et aussi pour améliorer notre lieu de travail.

Depuis que nous travaillons avec ce projet, nous avons acquis beaucoup de connaissances à travers les formations sur l’hygiène, les techniques de vente, la gestion. On nous apprend à gérer notre unité comme une entreprise comme ce qu’on voit ici à Bobo. Cela n’a pas été facile, mais petit à petit nous avons compris. Au départ on ne faisait que les grumeaux de bouillie de petit mil et le fonio. Mais aujourd’hui, on fait beaucoup de produits comme les grumeaux de deguè, le couscous de petit mil, la semoule de maïs, le fonio précuit et non précuit. Grâce aux formations, nous avons appris à écouter nos clients et à adapter nos produits à leur demande.

Nous avons des clients qui ont le diabète et qui aimeraient pouvoir diversifier leur menu. Pour eux et pour les autres aussi, nous avons amélioré la gamme de nos produits en faisant en plus du fonio précuit et non précuit, des grumeaux de fonio pour le deguè, le couscous de fonio (bassi) qui est d’ailleurs très apprécié et la farine de fonio. Récemment afin d’augmenter nos chances de remporter un prix à la foire de fonio de Bomborokuy, nous avons créé un nouveau produit fait avec du fonio, du blé et du riz. C’est un couscous qui nous a permis de remporter à la foire de fonio de Bomborokuy un prix. On était très contente.

On a cependant des difficultés et on aimerait avec l’aide d’Afrique Verte acquérir un moyen de déplacement comme une moto pour pouvoir distribuer nos produits dans la ville. Nous voulons aussi solliciter un appui pour renforcer notre équipement de travail. Parce que actuellement nos matériels de travail sont insuffisants. Avant on faisait un demi-sac (30 kg) de fonio dans le mois pour vendre, mais aujourd’hui pour le fonio seulement, on fait trois sacs de 60 kg, soit 180 kg et ça ne suffit pas pour satisfaire nos clients. Nous avons eu un marché avec un restaurant, « les 3 karités » qui nous prend 50 kg de fonio précuit par mois, mais pendant l’hivernage on a des difficultés pour sécher nos produits. Si le projet pouvait nous aider à acquérir un séchoir à gaz, cela résoudra nos problèmes.

Je souhaite longue vie au projet afin que nos rêves puissent se réaliser !

Merci.

S'abonner au flux RSS Site réalisé avec le concours du © UGOCOM 
Accueil