Afrique Verte
 
  L'action au Sahel
        Le projet terrain
        L'accompagnement du siège
        Les principaux programmes AV
        La farine infantile Misola
        Programme en Guinée
 
  L'action en France
 
  Les partenaires
 

La farine infantile enrichie Misola

 

Depuis 2007 Afrique Verte et MISOLA ont signé une convention de partenariat sur des projets de développement qui ont pour objet de réduire l’insécurité alimentaire au Sahel en favorisant l’émergence d’acteurs du Sud responsables de leur propre développement. Ce partenariat débuté au Mali, s'est étendu au Niger et au Burkina sous forme de partenariats au sein de différents projets et programmes, depuis début 2010.

La farine infantile MisolaProblématique

En Afrique, 30% des enfants de moins de cinq ans ont une ration alimentaire insuffisante. Ce qui représente 30 millions de jeunes africains malnutris. Une analyse plus fine de la situation met en évidence que la majorité de ces enfants ont entre 6 mois et deux ans. Ce qui correspond au passage de l'allaitement maternel à une alimentation adulte.

La farine Misola

> Voir un reportage de présentation réalisé par Euronews : Misola à Tombouctou

Aliment de haute valeur protéino-énergétique conçu pour lutter contre la malnutrition, la farine Misola est composée deux céréales et d'une légumineuse de base : le MIL (ou maïs), le SOJA, et l'ARACHIDE (MI-SO-LA). Trois cultures locales, utilisées couramment, qui après traitement et transformation ont donné une farine assimilable digestible et répondant aux normes préconisés par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). En complément du lait maternel, la formule MIL, SOJA, ARACHIDE, devenait une solution locale possible à un problème national.

La fabrication de la farine MISOLA se fait dans des unités de fabrication artisanales. Chaque unité est autonome et la fabrication est sous la responsabilité d'une association féminine qui en assure la gestion. Des formations sur l'hygiène et la qualité nutritive des farines sont dispensées pour une meilleure professionalisation de ces femmes.

L'appui à la commercialisation permet aux unités féminines de  promouvoir la farine Misola et de mieux pénétrer les marchés nationaux. Les revenus dégagés améliorent les conditions de vie en générant des revenus plus stables aux femmes qui utilisent cet argent au profit de leur famille (alimentation, éducation, santé...), réduisant ainsi petit à peit la pauvreté.

Le partenariat Afrique Verte - Misola


Considérant que :
  • Unité Misola au Niger, à Doutchila pauvreté et le manque d’information sont les causes principales de la malnutrition, particulièrement préoccupantes pour les jeunes enfants et dans les zones vulnérables, 
  • les productions agricoles locales couvrent, en grande partie, les besoins des populations au Sahel. Les céréales locales constituent la base de l’alimentation,
  • les ressources humaines locales et les savoir-faire traditionnels sont un atout à intégrer dans les stratégies de développement durable,
  • le développement participatif qui vise à renforcer la responsabilité des populations sur leur propre développement est un principe essentiel,
  • les questions relatives à la sécurité alimentaire et à la souveraineté alimentaire sont une préoccupation majeure des Etats sahéliens.
Afrique Verte et Misola s'engagent à :
  • Unité Misola Doutchi, Niger, travail des arachidespromouvoir un développement conçu comme un soutien et un accompagnement des initiatives locales, dans les pays où ils interviennent,
  • réduire la malnutrition, notamment au Sahel,
    • en facilitant l’approvisionnement des zones déficitaires en céréales locales grâce à une mise en relation avec les producteurs des zones excédentaires, à l’intérieur des pays concernés ou entre les pays concernés, à l’échelle sous régionale,
    • en facilitant la valorisation des céréales : transformation en aliments destinés aux consommateurs urbains et, plus spécifiquement, production d’aliments de qualité adaptés aux enfants en bas age,
    • en sensibilisant les acteurs locaux sur les bonnes pratiques, notamment les mères, sur les principes nutritionnels, les transformatrices sur la qualité sanitaire des aliments, les gérants de stocks sur l’utilisation de l’information de marché…
  • renforcer les ressources humaines de leurs partenaires sahéliens : appui à la structuration et à la formation des opérateurs nationaux,
  • sensibiliser le public européen aux questions de sécurité et souveraineté alimentaires au Sahel.

mise à jour nov 2011

S'abonner au flux RSS Site réalisé avec le concours du © UGOCOM 
Accueil