AMASSA - Afrique Verte Mali
 
  Actualités Mali
 
  Les programmes en cours
 
  Les bénéficiaires
        Témoignage
 
  Les actions
 
  Les partenaires
 
  Rapports d'activités
 

Témoignage d'Amadou Diallo, gérant de coopérative

Amadou Diallo, responsable de la coopérative de Yarka, à KayesAmadou DIALLO a 57 ans. Il habite Yarka, un village près de Yélimané au Mali, dans la région de Kayes.

Comme beaucoup de ses compatriotes de la région, il a émigré en France, où il a travaillé comme laveur de vitres de 1973 à 1991. En 1992, les villageois de Yarka créent une coopérative financée par les migrants. Elle a pour objectif d’acheter des céréales pour leurs familles restées au village.

Amadou, de retour à Yarka, en prend la responsabilité. Il est chargé de regrouper les commandes, d’effectuer les achats et de les répartir dans les familles auxquelles ils sont destinés. Les commandes concernent principalement le riz, le mil et le maïs, mais aussi le poisson séché et le sucre.

En 1995, Amadou rencontre Afrique Verte. Il découvre alors :

  • que le Mali possède des zones de production rizicole : il visite la région de Niono, 
  • que d’autres coopératives existent et travaillent avec Afrique Verte dans la région, 
  • qu’Afrique Verte organise des bourses céréalières où se rencontrent les acteurs de la filière céréales : producteurs, acheteurs, transporteurs, commerçants...

Avec l’appui de l'association, Amadou Diallo a professionnalisé la gestion de la coopérative : 

  • Elargissement de son champ d’action et ses connaissances. 
  • Groupage des commandes avec celles des autres coopératives, ce qui lui permet de négocier des prix d’achat sur des volumes plus importants et de réduire ses frais de transport. 
  • Amélioration des conditions de stockage des produits, ce qui évite des pertes, et application des techniques de gestion des stocks. 
  • Négociation des emprunts auprès des organismes spécialisés.

Les impacts de sa collaboration avec AMASSA - Afrique Verte Mali sont positifs : 

  • Le nombre des adhérents de la coopérative a augmenté. Ils viennent des villages voisins. 
  • Son action se diversifie : la coopérative a acheté des moulins pour moudre les céréales à la demande, des pompes pour les puits, etc. 
  • La coopérative assure progressivement son indépendance en remboursant les fonds versés par les migrants à sa création.
  • Un climat de confiance s’est établi avec les fournisseurs, les transporteurs et les organismes de crédit.

Témoignage recueilli en 2006 par Gérard Méry

 

S'abonner au flux RSS Site réalisé avec le concours du © UGOCOM 
Accueil