Tous les articles

 Publications

 En ce moment

RPCA Praïa décembre 2011
Afrique Verte international invitée au RPCA

 

Afrique Verte international a été invitée à participer à la 27ème réunion du Réseau prévention des crises alimentaires, organisée par l'OCDE et le CILSS, à Praïa du 8 au 10 décembre 2011.

Caroline Bah, directrice, a réprésenté Afrique Verte, avec Madame Ramata Bambara, représentant les transformatrices soutenues par AVI au Burkina, au Mali, au Niger et en Guinée. 
Madame Ramata Bambara, transformatrice de manioc à Banfora (Burkina) est chef de l'entreprise Muso Jigi. Elle est élue du bureau du Réseau des transformatrices du Faso, soutenu par APROSSA.

Journée du 8 : bilan de la campagne agricole 2011-2012 :

- les récoltes dans l'ensemble des pays du CILSS sont déficitaires de 2,5 millions de tonnes, sans tenir compte des futures importations. La situation est inquiétante en Mauritanie et au Tchad. La situation au Niger est très tendue (déficit de 450.000 tonnes). Certaines zones du Mali et du Burkina enregistrent de forts déficits, mais le bilan national du Mali est excédentaire de 500.000 tonnes. Le bilan du Burkina est déficitaire de 200.000 tonnes.

- par contre, certains pays du Golfe de Guinée (Ghana, Togo, Nigéria et Bénin), avec un bon niveau de production, dégagent un surplus de maïs qui pourrait être exporté vers les régions déficitaires du Sahel, 

- par ailleurs, le niveau de production de manioc (80 millions de tonnes) et d’igname (53 millions de tonnes), similaire à celui de l’année dernière, reste important.

Recommandations :

Il est donc impératif de laisser le marché jouer son rôle : les frontières doivent rester largement ouvertes afin que les pays cotiers puissent approvisionner les pays sahéliens.

Les plans d'urgences doivent être rapidement mis en oeuvre afin de minimiser les risques.

Télécharger les conclusions complètes de la journée

Journée du 9 : la transformation des produits agricoles sahéliens :

Afrique Verte a été le premier intervenant sur ce sujet., dans le panel 1 : Enjeux et défis.

Caroline Bah a présenté la problématique et les enjeux de la transformation céréalière, les contraintes rencontrées par les unités, les actions mises en oeuvre pour les lever.
Madame Bambara, au nom des transformatrices soutenues par AVI, a présenté les impacts de l'action et les revendications des transformatrices vis à vis des Etats qui doivent s'engager pour lever les contraintes auxquelles sont confrontées les femmes entrepreneurs. 

Les recommandations de cette 2ème journée ont été nombreuses et les revendications d'Afrique Verte ont toutes été reprises, notamment sur le respect de la circulation des marchandises dans la sous région et l'indispensable soutien de l'Etat dans la prise en charge des coûts d'analyses, et plus largement la révision de la fiscalité pour développer ce secteur, ainsi que la facilitation de l'accès au crédit.

RPCA de Praïa. A droite, Madame Bambara représente les transformatrices soutenues par AVI

A droite, Madame Ramata Bambara chef de l'entreprise "Muso Jigi" à Banfora (Burkina) qui transforme du manioc. Elle a représenté toutes les transformatrices soutenues par AVI à la réunion RPCA de Praïa. Au centre, Madame Simone Zoundi, de la FIAB : fédération des industries alimentaires du Burkina.  

Matinée du 10  : discussions des rapports :

RAPPORT GLOBAL FINAL

 

retour
S'abonner au flux RSS Site réalisé avec le concours du © UGOCOM
Accueil